Ahimsa Fund soutient le leadership féminin et apporte, avec des partenaires locaux, de nouveaux modèles pour accompagner les populations défavorisées dans le développement de leurs compétences, par la valorisation d’actions entrepreneuriales. La finalité d’une telle approche doit permettre de contribuer à financer les programmes de santé de ces populations.

Plusieurs initiatives sont à mettre à l’honneur, de l’éducation à l’accès aux soins et notamment la prévention de la mortalité infantile, en passant par l’aide à la réinsertion professionnelle, ces femmes, que Ahimsa Fund a pu rencontrer et avec lesquelles nous travaillons, s’engagent, chaque jour, pour changer le monde. Voici un focus sur certaines de leurs actions au service des plus démunis:

Maggy Barankitse, l’entrepreneuriat au service des population refugiées

Maggy Barankitse, femme burundaise d’exception, présidente de Maison Shalom, s’engage pour permettre aux enfants de son pays et aux populations réfugiées de croire en l’avenir en leur permettant d’accéder à des formations métiers. Elle crée un nouveau centre communautaire de Maison Shalom à Kigali, l’Oasis of Peace. Ce lieu est un espace de rencontre, de formation aux différents métiers de l’artisanat: de la couture à l’art culinaire en passant par la broderie et le dessin mais aussi par des formations informatiques. C’est un lieu d’échange d’expériences pour les réfugiés burundais et la communauté rwandaise qui les a chaleureusement accueillis. Il a été inauguré par Maggy le 9 mai 2017 et forme chaque année les jeunes réfugiés burundais pour leur permettre de développer leur propre activité et  subvenir à leurs frais de vie et de santé.

Ahimsa fund accompagne Maison Shalom dans la création d’un atelier de couture d’envergure pour les réfugiés burundais exilés au Rwanda.

Runa Khan et l’accès aux soins des populations isolées au Bangladesh

Runa Khan se bat depuis plus de 10 ans pour les plus démunis, en transformant des bateaux inutilisés en hôpitaux. Elle fonde l’ONG Friendship, dans une région située au nord du Bangladesh, le long du fleuve Brahmapoutre, où les catastrophes naturelles sont régulières et rendent les conditions de vie précaires et intenables pour les habitants. Les actions de Friendship ont commencé, pour répondre à l’urgence, à soulager les victimes de ces catastrophes par la création de bateaux-hôpitaux pour leur permettre l’accès aux soins. Au fil des ans, l’aide au développement s’est considérablement structurée et couvre tous les aspects de cette démarche : santé, éducation, développement économique et agricole, accès à l’énergie  sont les principaux champs d’actions.

Ahimsa Fund accompagne Friendship sur la mise en place d’un projet de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes bengalaises.

Zelma Lazarus, sa lutte contre la mortalité infantile en Inde

Zelma Lazarus, Directrice Générale d’Impact India, se bat chaque jour pour les plus démunis: « Impact se sert d’infrastructures et de solutions d’acheminement déjà existantes pour pouvoir se concentrer sur la prévention et le traitement. » explique Zelma. Impact India Foundation a ainsi créé le Train de l’espoir, Le Lifeline Express, un train-hôpital qui circule en Inde depuis 1991 et traite des pathologies très diverses (cataracte, bec de lièvre, troubles orthopédiques, cancer…).

Mais Zelma Lazarus se bat également pour lutter contre la mortalité des nourrissons. En effet, de nombreux nouveau-nés de la ville de Palghar, au Nord de Mumbai, meurent de froid. Une coutume locale veut que le cordon ombilical ne soit pas coupé avant que le placenta ne se sépare naturellement, ceci peut prendre plus d’une heure. Ainsi de nombreux bébés meurent d’hypothermie, les mamans les plus défavorisées n’ayant pas les moyens d’acheter des couvertures pour les protéger pendant ces premières heures de leur vie. Zelma Lazarus, fabrique ainsi, elle-même, chaque semaine plusieurs couvertures, appelées aussi Baby Wraps. Zelma sensibilise les écoles mais aussi les familles les plus aisées d’inde pour l’accompagner dans la fabrication de ces couvertures. Plus de 1000 couvertures ont ainsi été distribuées et on permis de sauver la vie des nourrissons. Ahimsa Fund participe aux différents  projets de santé sur le Life Line Express.

Countess Setsuko Klossowska de Rola et l’éveil des jeunes aux arts

Artiste peintre de renommée internationale et écrivain de talent, la Comtesse Setsuko Klossowska de Rola a joué un grand rôle dans la sensibilisation des élèves et des enseignants du monde entier pour la conservation du patrimoine mondial. Très engagée auprès de l’UNESCO, cette talentueuse artiste s’est particulièrement impliquée depuis 2002 dans le Programme d’éducation des jeunes au patrimoine mondial (projet de coopération entre le Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO et le Réseau du Système des écoles associées de l’UNESCO. Elle n’a pas hésité à effectuer de nombreux déplacements pour promouvoir un Kit éducatif sur le patrimoine mondial destiné aux enseignants et a notamment été reçue dans les Ministères de l’Education de plusieurs pays. Puis, en 2004, elle a été membre du jury du concours scolaire international Mondialogo School Contest, lancé par Daimler Chrysler et l’UNESCO, en vue de promouvoir le dialogue, les échanges, le respect et la tolérance entre les cultures. C’est le premier concours mondial destiné aux élèves impliqués dans le dialogue interculturel.

En tant qu’Artiste pour la Paix, Setsuko a offert à Ahimsa Fund, à l’occasion du dernier Forum 2017, la création d’une calligraphie exclusive, représentant le sourire.

Ahimsa Fund accompagne Setsuko dans son dialogue pour la Paix dans le monde.

Tsering Tsamchoe, au service de la communauté tibétaine

Tibétaine d’origine, Docteur Tsering Tsamchoe travaille au sein de l’office  central de Médecine Tibétaine, qui suit le dalai-lama. Diplômée en médecin tibétaine, Docteur Tsering Tsamchoe a réalisé beaucoup de travaux de recherche. Elle parcourt le monde et s’investit pour que la médecin tibétaine soit reconnue pour ses bienfaits cliniques.

L’Office de Médecine Tibétaine dont Tsering Tsamchoe est la Secrétaire Générale travaille avec Ahimsa Fund pour apporter un soutien adapté aux communautés tibétaines, notamment à travers un projet de dépistage du cancer du col de l’utérus.

Marlene Castilloux, son combat pour les soins destinés aux femmes

Canadienne, cytologiste de métier, Marlène Castilloux a été formatrice et coordinatrice du département de cytologie de L’hôpital universitaire de Québec jusqu’en 2014. Marlène a participé à la publication scientifique  «Immunocyt» (U-cyt) sur la détection des cellules cancéreuses de la vessie et a également contribué à de nombreuses petites études du centre universitaire. Depuis 1993 Marlène parcours le monde pour participer à des projets humanitaires dans les pays à faible revenu, comme le Nicaragua, le Mozambique ou le Burundi. Son objectif principal est d’améliorer les soins de santé destinés aux femmes.

Marlène a participé aux côtés d’Ahimsa Fund et Maison Shalom, au projet de dépistage du cancer du col de l’utérus à l’Hôpital l’hôpital Rema de Ruyigi au Burundi en 2014, nous travaillons ensemble sur de nouveaux projets.

Brigitte Bouyala, et l’entrepreneuriat social

Brigitte Bouyala est une artiste photographe marseillaise qui travaille avec Ahimsa depuis plusieurs années, elle a participé à divers projets en Afrique mais aussi aux Forums Ahimsa Fund, pour rendre ces événements uniques et immortaliser les moments forts. Brigitte Bouyala réalise des expositions régulières, dans des lieux variés (Fondations, Hôpitaux, Lieux privés…) autour de thématiques diverses (femmes dans le monde, lieux insolites,… ) à travers le Monde. Ces photographies sont présentées sous diverses formes toiles de jardin, sacs et cabas et permettent de véhiculer des valeurs.

“Les femmes réfugiées sont confrontées à des risques plus grands, elles sont souvent victimes de harcèlement, de violences sexuelles. Elles font face quotidiennement à toutes ces menaces et malgré cela elles continuent d’éduquer, de protéger, de nourrir leurs enfants coute que coute. C’est une réalité, les femmes sont toujours très actives et sont sans aucun doute les actrices positives du changement, il faut les aider, encourager toutes les initiatives qui peuvent leur permettre de réaliser un rêve simple et qui devrait être un DROIT pour toutes : élever leurs enfants dans la dignité et la paix.”

Kaosar Afsana, santé et nutrition pour la femme

Kaosar Afsana travaille à BRAC depuis 24 ans. Elle est également professeur à l’école de santé publique James P Grant de Brac University. Diplômée de l’Université Harvard, elle détient également un doctorat de l’Université Edith Cowan, en Australie. Kaosar est l’auteur de :

  • deux livres: Disciplining birth: Power, Knowledge and Childbirth Practices in Bangladesh et Discoursing Birthing Care: Experience from BRAC, Bangladesh
  • de plusieurs articles dans des revues et des livres reconnus par la profession.

Dr Afsana a reçu de nombreux prix prestigieux, dont le prix pour la meilleure thèse sur un thème asiatique reçu par l’Association des études asiatiques d’Australie; DK agences India’s Award pour la meilleure thèse australienne de doctorat sur le thème de l’Asie; mais aussi en 2003, la médaille de recherche universitaire et la médaille de recherche du corps professoral pour la meilleure thèse de doctorat de l’Université Edith Cowan. Le Dr Afsana a également reçu le prix Femme de distinction 2011 par le Comité des ONG à New York contribution à la santé des Femmes et des mamans et à son implication dans l’empowerment des femmes.

En 2013, le projet de Brac, Manoshi, que le Dr Afsana a conçu, a reçu le Global Innovation Award de Save-GSK. Elle représente BRAC aux niveaux national et international et joue un rôle important dans l’élaboration des guidelines et des projets mais aussi dans la planification et l’accompagnement technique, notamment en matière de reproduction, de maternité et sa santé et nutrition des nouveau-nés, enfants et adolescents.

Kaosar est intervenue lors du dernier Forum Ahimsa pour témoigner des projets réalisés avec Brac et échanger avec les communautés et institutions internationales. Ahimsa Fund travaille avec Kaosar et BRAC sur l’approche Entrepreneuriat Social.

Manuela Pastore et le développement de l’entrepreneuriat social

Son objectif: les défis de leadership innovants, le développement de stratégies et la mise en œuvre d’initiatives visant à connecter, soutenir et renforcer les synergies entre les entrepreneurs sociaux, l’industrie et les ONG publiques et locales mais aussi le monde académique. Manuel a une expérience riche après de nombreuses années passées dans le numérique des affaires internationales, suivies d’une vaste expérience d’entrepreneuriat social dans le monde entier. Son meilleur apprentissage ? Un projet d’entrepreneuriat social en développement dans les régions rurales du Sud de l’Inde, en collaboration avec des ONG locales, les équipes Boerhinger Ingelheim et de simples villageois. une projet visant à faciliter la construction d’une communauté, au delà des frontières traditionnelles, et obtenir un engagement des employés pour permettre un impact social, qui crée de la  valeur pour tous. Une grande action qui permet d’identifier une approche de valeurs communes avec un focus sur la santé.

Facilitateur de projet d’équipes multiculturelles, Manuela possède de larges compétentes pédagogiques en terme de communication internationale. Une approche “bottom – up”, une implication personnelle pour écouter et apprendre des autres. “Commencer petit et devenir grand, se concentrer sur l’action au lieu de se contenter de parler “- voici sa philosophie !

Manuela a une expérience longue en communication d’entreprise / marketing digital / Change management / développement de stratégie Internet internationale incluant des concepts de formation et de construction de communautés d’experts digitaux pour une société pharmaceutique internationale.

Manuela anime de nombreux congrès internationaux pour partager sa vision et son expérience, elle est intervenue au Forum Ahimsa pendant lequel elle a partagé de  son expérience terrain. Ahimsa Fund travaille avec Manuela sur des projets d’entrepreneuriat social.

Go to Top